Articles de fond

Anacippetit

Quelques points théoriques de l'Analyse Sémantique

Les principes fondateurs de la méthode ANACIP (1)

Bonjour,
on me demande souvent de comparer notre logiciel d’analyse du langage naturel aux autres logiciels existant sur le marché et en général, nous refusons de faire cela car, comment comparer sans juger ? Et dire que le nôtre est le meilleur n’est pas digne d’un spécialiste de la communication, car quand tout le monde dit être le meilleur et le plus original, personne ne l’est.
Cependant je vais, en tant que créateur de la méthode sémantique dite ANACIP (pour ANalyse Automatique des Communications Informations et Publications), je vais vous en conter la genèse en quelques mots. (Tout est décrit en détail dans mon dernier e-book de l’an dernier (2018) : Le Marketing Sémantique).

Quand je suis arrivé dans le monde des entreprises, après quelques longues années dans l’Education Nationale, je ne connaissais rien de ce monde-là. J’étais juste bardé de diplômes : Lettres, Langues, Sociologie et Ethnologie, Linguistique et sémantique… Tout était encore théorique dans mon esprit comme dans mes pratiques.
Et quand je me suis trouvé confronté à ce monde plus pragmatique des gens d’entreprise (quoique !) j’ai découvert qu’une théorie sans objectif concret n’avait finalement aucune valeur.Alors devant la première demande d’aider au lancement d’un produit, j’ai tenté de définir quelle serait ma méthode avec aussi peu de parti-pris que je n’avais aucune expérience. Mais je savais juste une chose : je ne voulais pas produire une de ces banales études dites de motivation car j’avais observées dans les cabinets rencontrés. Tout le monde faisait la même chose avec des méthodes dites de psycho-sociologie, et cela n’aboutissait à aucune vraie recommandation d’action précise.
 
Voici comment j’ai raisonné :
1. Que veut mon client ?
Il veut que nous l’aidions à mieux connaître comment fonctionnent et raisonnent ses clients pour en gagner de nouveaux, et fidéliser ceux qu’il a en ce moment. C’était vrai en 1973 et ça l’est encore de nos jours. Donc : toute étude, tout travail de conseil, se doit d’être orienté client. Il faut parler le langage du client, et épouser sa façon de voir du moins au départ pour comprendre en quels termes il pose ses problèmes commerciaux.
 

Lire la suite